• paysage.jpg
  • bandeau camille.jpg
  • emilie reydon2.jpg
  • felgerolles-emiliereydon.jpg
  • pont du tarn.jpg
  • La vialasse.jpg
  • runes.jpg
  • emilie reydon.jpg
white_info.png

NEWS

Le Collet de Dèze

Le Collet-de-Dèze France prévisions du jour
Présentation - Situation - Economie - Atouts - Autres
 
 

La situation

 

Bienvenue à Saint Andéol de Clerguemort

Un peu d’histoire :

Au XIIIème siècle, des moines bénédictins auraient nommé Saint Andéol du nom d’un martyr romain. Ce nom serait ensuite devenu Saint Andéol de Clerguemort après que des barbares aient tué le Père Prieur (Clerguemort voulant dire Clergé mort).

En 1702, la commune a été le point de départ des Dragonnades qui ont enflammé les Cévennes  après l’arrestation au Cros de Françoise Brès (prédicante de la Religion Prétendue Réformée) ainsi que de deux habitants qui l’hébergeaient. Elle fut pendue et son logeur écartelé à Alès, le troisième étant condamné aux galères.

Les guerres de 1870 et de 1914 ont décimé la population.

Durant la deuxième guerre mondiale, la résistance a établi le maquis de Champ Domergue entre Saint Andéol de Clerguemort, Saint Frézal de Ventalon et les communes de la Vallée Longue.

Un peu de géographie :

Entièrement située sur le versant sud du Ventalon, Saint Andéol de Clerguemort est la plus petite, la plus méridionale des communes de la Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère. C’est également la plus densément peuplée (14 habitants au km²).

Saint Andéol de Clerguemort est située à 685 km de Paris, à 300 km de Lyon, Toulouse, Toulon, à 100km du littoral méditerranéen, à égale distance de Florac et d'Alès (45 km), mais aussi de Vialas et du Collet de Dèze (12 km). Saint Andéol de Clerguemort se trouve sur l'artère principale du canton du Pont de Montvert qui est la route des crêtes (CD 35), véritable épine dorsale reliant la Lozère au Gard.

L’accès à notre commune peut se faire par la route à partir de la nationale 106 depuis l’axe de la vallée du Rhône ou depuis l’A 75 ou par le train à partir de la gare d’Alès

Sa superficie de 690 hectares dont 75% en zone cœur du Parc National des Cévennes, correspond à quatre fois la taille de l’Etat du Vatican.

Bordée par les Communes de Collet de Dèze (48), de Chamborigaud (30), de Vialas (48), de Saint Frézal du Ventalon (48), son altitude s’étage de 380m (hameau de Loubreyrou) à 970m (hameau de L’Espinas).

Son relief très tourmenté est caractérisé par les vallées du Dourdon et de ses affluents, creusées dans le schiste. Il est sculpté par l’Homme qui a créé des terrasses appelées faïsses ou bancels pour cultiver les terres.

Au cours du  XXème siècle, les paysages de Saint Andéol de Clerguemort se sont transformés : la majorité des terres agricoles sont devenues des forêts et les pins maritimes ou Laricio et les chênes verts  ont colonisé les vergers de châtaigniers. Des plantations de mélèzes et de pins Douglas sont également apparues à partir des années 60 sur les terrains les plus favorables au châtaignier à bois (bouscas).

Ce changement de biotope a notamment favorisé l’expansion de la grande faune sauvage: sangliers et cervidés s’y sont développés.

Habitat et Economie :

L’habitat est disséminé et typiquement cévenol. Il est constitué de 5 hameaux principaux :

Au centre de la commune à 500m d’altitude, le hameau de Lézinier, où se trouvent la mairie (ancienne école publique) et le temple protestant.

A l’Ouest, à 650m d’altitude, le hameau du Cros où se trouvait au début du XXème siècle une école publique, puis le hameau de Poussiels.

A l’Est à 650m d'altitude également, le hameau de l’Eglise qui est construit autour d’une église catholique et où se trouvait une école.

Plus à l’Est, enfin le hameau de Sambuget (600m d'altitude)

Entre chaque hameau, se trouve un habitat dispersé de « mas » cévenols répartis environ tout les 500m, le long des voies de communications traditionnelles (sentiers, transformés depuis en routes). Les hameaux et les mas ont été pour la plupart construits à proximité d’un point d’eau (source) et au centre des terres agricoles. La plupart des mas possédait une aire de battage pour le grain et une clède, bâtiment dédié au séchage des châtaignes.

Les bâtiments ont été construits à partir des matériaux locaux pierres de schiste pour le bâti et lauzes pour les toitures, châtaignier pour les portes, fenêtres et  charpentes. Ces bâtiments étaient et le sont toujours pour certains à usage d’habitation et d’activité agricole. Ils sont adossés à la montagne avec au niveau le plus bas l’écurie des chèvres et au dessus la cuisine et pièce de vie avec sa cheminée, le dernier niveau étant réservé aux chambres et à la grange

Cette activité agricole était faite de polyculture et de petit élevage, elle permettait de vivre en autarcie.

L’élevage caprin assurait le lait et le fromage (pélardon), volailles et lapins assuraient la viande, le cochon la charcuterie. Le mulet ou le cheval aidaient au travail de la terre.

Le jardin fournissait les légumes, la châtaigne elle était la base de l’alimentation. Séchée elle se gardait toute l’année. Les variétés multiples de pommes, poires et prunes permettaient un étalement des récoltes. La vigne cultivée sur des treilles assurait la provision de vin de l’année.

Au début du XXème siècle, la culture des muriers servait à l’élevage des vers à soie et permettait un apport d’argent par la vente des cocons aux filatures.

Enfin la commune comptait plusieurs moulins le long des ruisseaux. Ils broyaient grains, châtaignes et noix amenés par les habitants. De plus ces ruisseaux  permettaient l’arrosage des prés et jardins grâce à un réseau de béals et d’aqueducs desservant des gourgues.

Notre commune a évolué avec les flux migratoires et l’étude du tableau ci-joint rend bien compte de la déprise agricole de l’impact des guerres et de l’industrialisation du bassin minier d’Alès et la Grand’ Combe.

 

Évolution démographique
(Source : Cassini)

1793

1851

1881

1891

1901

1911

1921

1926

1926

376

373

314

262

296

259

208

200

200

1926

1931

1936

1946

1954

1962

1968

1975

1982

200

215

142

98

68

57

46

37

44

1990

1999

2006

2010 

 

 

 

 

 

55

73

85

104

 

 

 

 

 

 

L’économie a évolué avec les flux de population et les modes de vie, laissant la  place à une pratique de l’écotourisme et des loisirs s’appuyant sur des structures existantes. Les mas et hameaux ont pour la plupart évolué vers des structures d’accueil sous forme de gites et résidences secondaires à partir desquels les visiteurs peuvent organiser leurs loisirs vers la randonnée, la nature, les sports, la culture :concerts, fêtes et manifestations diverses . (Renseignements auprès des Offices du Tourisme du Pont de Montvert, de Vialas et du Collet de Dèze ainsi que du Parc National des Cévennes).

 

Les particularités de notre commune sont architecturales et environnementales, elles  s’inscrivent dans l’histoire : aménagement des berges de ruisseaux des ponts et aqueducs peuvent être des thèmes de sortie le long d’un réseau de sentiers avec étape à l’Eglise et sa croix de mission et à Lézinier avec son temple rond bâti en 1837 et le Pont de Chaldecoste reconstruit à l'ancienne en 2011 ou vers les crêtes avec la voie romaine et les pas de mule.

Retour haut de page

 

L’économie locale

 

 

L’activité touristique se développe notamment l’été mais aussi en arrière saison à partir d’un ensemble de gites :

 

A Lézinier, au Lauzas (http://www.causses-cevennes.com/le-lauzas/), au Puech, au Régent, à Chaldecoste (http://chaldecoste.zeblog.com/), au Cros, à Poussiels (http://www.gites-cevennes-lozere.fr/)

 

L’activité agricole  avec son agriculture biologique et ses produits de transformation sur les hameaux du Cros de l’Adrech, de Poussiels, de Faïsses et du Régent, de Chaldecoste. Les productions  principales sont la châtaigne, le petit maraîchage, l'élevage de chevaux Mérens. L'élevage ovin autrefois important est porté à une portion congrue.

La commune soutient énergiquement l'installation agricole. Elle a accompagné un projet d'installation agricole centré notamment autour de la production et de la transformation de Plantes Aromatiques et Médicinales (PAM). Un couple a implanté son activité et son lieu de vie sur un terrain communal (cédé par la commune) en friches depuis plus de quarante ans.

Aujourd'hui un deuxième projet dans le cadre d'un espace test agricole est en cours de lancement sur le hameau de l'Espinas

L’activité forestière en cours de développement concourt à la régénération du châtaignier et de la forêt ainsi qu’à la prévention des incendies. Une entreprise de travaux forestiers à Clerguemort. Prestations de travaux forestiers (débardage, transport bord de route, production de piquets de châtaignier...).

On notera que l'atelier de transformation  de Verfeuille situé à Genolhac et aux Salles du Gardon, mais pur produit made in St-Andéol, concourt à la valorisation des produits agricoles et permet directement à au moins quatre habitants de la commune de travailler.  http://www.chataigne-cevennes.com

Enfin l’activité artisanale concourt significativement à l'emploi:

 

L'installation de l'Ecole Professionnelle de la Pierre Sèche sur le hameau de l'Espinas génère une activité centrée sur la formation http://pierreseche.fr/ et a permis d'assurer le développement d'une activité de restauration sur le lieu http://lerelaisdelespinas.wifeo.com/

La commune emploie actuellement 3 employés à temps partiels: dont une secrétaire, et 2 techniciens chargés de l'entretien de la voirie et des bâtiments communaux.

La crèche intercommunale Tournicoton au Pont de Montvert et à St-Frézal de Ventalon, l'école de St-Frézal de Ventalon, permettent de créer des débouchés et sont donc très importants pour accueillir et stabiliser les populations nouvelles.

De même, on compte deux infirmières libérales travaillant sur le secteur de la Grand-Combe, un coordinateur Sécurité travaillant à Alès, un menuisier travaillant sur Genolhac, un employé du Parc national des Cévennes....

Ceci signifie que s'il est bel est bien possible de s'installer à St-Andéol pour créer son activité (artisanale, agricole, touristique), une part non négligeable des emplois sont situés à l'extérieur de la commune et que de nombreux habitants n'hésitent pas à effectuer des kilomètres et des virages pour aller travailler.

Enfin, il est à noter que les actifs à St-Andéol comme ailleurs en Cévennes, adoptent des stratégies de pluriactivité pour sortir au final un revenu à la fin du mois. Un exemple type: une personne qui cumule un emploi salarié à temps partiel + une activité d'accueil + un peu de transformation de jus de Pommes ou de confitures de châtaignes à l'automne.

Enfin, n'oublions pas que les Cévennes en général et Saint Andéol en particulier sont un cadre idéal pour permettre aux poètes, photographes ou sculpteurs d'exprimer leur sensibilité, comme Alain Brasseur photographe de la micro-faune sous nos pieds.

http://www.brasseuralain.com

 

Retour haut de page

 

Les atouts de la commune :

 

 Les atouts de Saint Andéol de Clerguemort sont principalement: un cadre naturel authentique, un climat méditerranéen doux joignant aux acquis du passé les progrès du présent. La pratique et le développement d'une agriculture biologique, naturelle et pour le moins non agressive, est essentielle pour la commune.

Voies communales, sentiers pédestres, téléphonie mobile, Internet haut-débit (4 Méga) font partie des réseaux essentiels au développement d'une vie communale de Saint Andéol.

La commune travaille à améliorer les réseaux d'eau potable, les assainissements autonomes, les emplacements intégrés de stationnements.

Plusieurs sentiers de randonnées permettent d'explorer le territoire de la commune (se renseigner à l'office du tourisme) différentes réalisations architecturales sont à signaler : Le temple rond de Lézinier, le pont de Chaldecoste reconstruit selon des techniques ancestrales et son pont muletier, la clède municipale....

 

Retour haut de page

 

Autres :

 

     

Informations pratiques

Horaires d’ouverture au public de la mairie:

Le mardi de 9h30 à 12h30, Le jeudi de 14h00 à 17h00

Contact: 04 66 41 02 66  

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

EQUIPE MUNICIPALE :

- Maire : Camille LECAT

- Premier adjoint : Jean-Claude DAUTRY

- Deuxième adjointe : Véronique NUNGE

- Troisième adjointe : Emilie MERMET-BOUVIER

- Conseillers : Pierre-Emmanuel DAUTRY, Loïc JEANJEAN, Daniel MATHIEU, Frédéric NADLER, Hervé PELLECUER, Miriame ROESSEL et Josette ROUX.

- Secrétaire : Sandra LAURAIN

- Employés communaux : Eric TAMISIER, Roland MADEC

 

SERVICES DE PROXIMITÉ:

o Déchetterie : LA DECHETERIE EST SITUE EN BORDURE DE LA RN 106 A SAINT PRIVAT DE VALLONGUE (48240) Tél. : 04 66 31 97 27

Horaires d'ouverture :

• De juin à septembre : Mercredi et vendredi: 15H à 19H Samedi: 9H à 12H et 15H à 19H

• D'octobre à mai : Mercredi et vendredi: 13H30 à 17H30 Samedi: 9H à 12H et 13H30 à 17H30

Par ailleurs un point de tri sélectif est installé sur la commune route des crêtes (RD35) à proximité de la Destourbe.

SERVICES DE SECOURS LES PLUS PROCHES:

o Médecin : Dr MALHERBE - Le Collet de Dèze (tel 04 66 31 74 69 – 06 63 61 80 78 - Dr LEROY - Le Pont de Montvert (tel 04 66 45 95 71)

o Gendarmerie : Le Collet de Dèze 04 66 45 50 04.

COMMERCES:

o Boulangerie-épicerie ambulante: tournée le vendredi matin sur la commune. Commandes la veille au Bertoul Cévenol – Saint Michel de Dèze – Tel 04 66 45 41 88.

o Commerces de proximité : Vialas, Le Collet de Dèze, Saint Michel de Dèze.

o La Poste : agence du Collet de Dèze (services de DAB).

o Marchés :

  • La Grand-Combe : mercredi et samedi matin
  • Le Collet de Dèze : mardi matin
  • Vialas : vendredi matin
  • Le Pont de Montvert :mercredi matin

OFFICES DE TOURISME : http://www.cevennes-montlozere.com/

  • Le Pont de Montvert : 04 66 45 81 94
  • Vialas : 06 66 41 05 95
  • Le Collet de Dèze : 04 66 45 40 71

 VIE CULTUELLE :

  • Cultes protestants voir tableau des cultes au temple de Lézinier ou tél 04 66 41 00 09
  • Offices catholiques, messes : voir église du Collet de Dèze
 

 Retour haut de page